RAPPORT SUR LE CURETAGE

A LA MAISON OTHO ROBICHAUD A NEGUAC, NB

Regina Kaniak

Fredericton.

Le 25 juin 1997

[N.B. : Cette version française contient énormément d'erreurs de grammaire et d'orthographe. Nous avons gardé le texte comme sur l'original]

[Copy for consultation only Regina 1ère version]

Le but du rapport est de identifier des composants originaux du bâtiment. Les observations et un curetage ponctuel ont fourni des informations pas cohérantes. La maison a subi des transformations dans dïfférents sections en différent temps. Pour avoir des informations completes et conclusives il fallait enlever des couches entiers du matériel. Les informations recues de cette facon sont quand même par fois difficiles a expliqer et pas cohérantes avec certains réchérches historiques, la tradition et la mémoire collective.

 [en haut : Texte ajouté à la main]

L’état avant le curetage; A - bâtiment principal; B- cuisine d’été; C- galerie; D-shed à bois

Le bàtiment principal c’est la partie originale de la maison. La présence de bardeaux sur le tôit original du bâtiment principal au dessous du tôit de la cuisine d’été prouvent que la cuisine d’été etait construite après le bâtiment principal. Le chevron central de la srtructure originale du tôit du bâtiment principal etait coupé pour accomoder le passage au deuxième étage de l’adition.

Un petit ajout existait probablement la avant de la construction de la cuisine d’été.

Les planches /originales/, chaudées sans traces des clous de bardeaux indiquent l’emplacemment.

Des materiaux récentes utilisés pour la construction de la galerie et du hangar à bois prouventque ils etaient construits récemment.

Sous-sol

La fondation est construite de deux murs: extérieur (env. 3' profond) et intérieur (env.6' profond)en distance de env.3'.

La partie base du mur extérieur est de pierres irrégulier s, posés sur une couche du sable.

La couche supérieure est de pierres tailles.

Sur les façades sud et nord les mêmes pierres forment des ouvertures.

Sur chaque côte de l’ouverture il y a une coche permetante l’installation d’une planche /pour fermer la ouverture/ .

Sur la façade ouest il y a l’entrée de l’extérieur donc les cotes sont finis de pierres tailles a la même façon. Des pierres pareilles sont utilisés a la maison de Frederic /fils de Otho/ dans le sous-sol du ralonge construit vers 1850.

Le mur intérieur est fait de pierres taillés moins reguiliers.

Sur les poutres du première plancher, sur le côte sud et nord de la maison on trouve des coches,pareilles comme dans sous-sol de la partie principale de la maison de Frederic /construite vers 1830/. Le coches étaient decoupées pour placer les pièces supérieures du mur intérieur en cèdre.

Une des pièces supérieures du mur est encore sur sa place /dans le coin sud-est de la maison/

Une partie du mur en cèdre.existe encore dans la maison de Frederic.

Sur le côte ouest de la cave on trouve des traces de la base de la maçonne.

 

 Conclusion : la fondation originale consistait du mur extérieur, env.3' profond, construit de pierres irrégulieres et du mur intérieur, plus profond, probablement fait du cèdre / comme a la maison de Frederic construite vers 1830/.

La base de la maçonne était construite probablement a la même temps que la fondation originale.

Le mur intérieur en pierre était construit après la démontage du mur en cèdre et la démolition de la maçonne.

Le pierres tailles de la couche supérieure du mur extérieur et de côtes de l'entrée étaient placés comme les dernières. Nous pouvont pas quand même être certains que l'entrée même n'a pas existait déjà.

Structure et révétement extérieur

La srtucture (en charpente) consiste de: poteaux, soles, solives,bras de force, sablièrs, chevrons et entraits.Les pieces, assez massives sont équariees a la hâche et assemblees a tenons, mortaises et chevilles en bois. Ils portent des traces de plusieurs transformations de la maison. Quelques poteaux, les plus endomages par humidité ont leur section base remplacée.

Les pièces de la structure sont légèrement grises (la ou ils sont pas chauxdées).

Sur les poteaux et soles a côte ouest et est, et sur les poteaux et sablière a côte nord on trouve des chiffres romaines: I, Il, III, IV.

Deux poteaux du mur ouest au première étage sont inserés dans une mortaise trop grande.

Deux poteaux du mur est au deuxième étage sont trop longues pour leur role dans la structure.

Plupart de planches extérieurs sont grises, Presque toutes sont originales (il n’y a pas de traces d’autres clous).Il semblent être coupées en scie manuelle et sont attachées horizontalementà la structure.

Des clous forgés sont utilisés sur la moitié ouest de la maison et clous coupés sur le moitié est

Sur les planches on trouve les dates: 1855 etl857

Le révetement extérieur constitue de deux couches de bardeaux coupés en scie mechanique, posés sur l’écorce de bouleau et attachés par des clous coupes,

La moitie ouest de la façade nord est chaudée. Sur le planches,qui sont originales il n’y a pas de traces de clous de bardeaux.Cette partie du mur n’a pas était couverte de bardeaux probablement a cause d’un ajout construit là.

Conclusion : La structure est très ancienne. Ce type était souvent utilisé par les Acadiens au XIX siècle , mais est connu depuis la fondation de l’Acadie.

Les pièces assez masives, étaient coupées a la main probablement avant 1830. (apparèment en 1830 un moulin était déjà dans la region).

Quatre pièces semblent de venir d’une autre structure.

Plusieures pièces de la structure étaient exposées aux éléments avant d’être utilisées.

Clous coupes utilisés pour attacher des planches extérieures sur une moitié de la maison indiquent que la maison est construite après 1840.(1840 est consideré comme la date d’apparition de clous coupés). Cette conclusion n’est pas cohèrante avec la présence des clous forgés utilisés sur l’autre moitié de la maison. La structure demontre aucune preuve que une moitié ou une section était construite pas a la meme temps.

La couleur grise des planches extérieures indique q’elles étaient exposées aux elements avant d’être couvertes par les bardeaux. Le bâtiment était probablement pas couvert de bardeaux pendant un court period du temps.

C’est plutôt imposible dans le climat que une maison sans finition intérieure etait aussi sans révétement extérieur.

La présence de la écorse du bouleau dessous du bardeaux indique que la maison est construite avant 1890 (1890 est considéré comme la date d’apparition du papier de révêtement)

Les dates 1850 et 1857 etaient écrites probablement dans le temps quand la première couche de bardeaux était posée.Ca nous indique que la maison était probablement construite quelqes anées plus tôt.

La tôiture est couverte par deux couches de bardeaux : la première est coupée a la main, la deuxième est coupée a la scie méchanique. Le deux couches sont attachées par des clous coupées.

Les bardeaux sont posés sur l’écorce de bouleau.Au dessous de l’écorce il y a de traces d’autres clous que ceux qui attachent la première couche de bardeaux, il’est donc possible que la couche originale est enlevée.

Les chevrons originales du milieu de la tôiture sont coupés pour construir la structure de la lucarne et du passage au deuxième étage du ralonge.

 

Dessous de la bordure d’avant-tôit,du sous-face du pignion et de la sous-face de l’égout nous avont trouvé les coyaux supportants la planche d’avant-tôit.Le couleur gris de coyaux indique que ils étaient exposés longtemps. Ils sont mortaises dans les chevrons dessous des planches,donc ils sont originaux.

Les portes et fenêtrs étaient installées dans des places choisies, entre deux poteaux et deux pièces horizontales. Certains sont bouchées, autres sont ajoutées, agrandies ou deplacees. L’observation de la structure permet quand même à identifier leur grandeur et emplacement originales.

Sur la façade ouest il y avait une fenêtre au première étage et deux au deuxième.

Sur la façade sud: trois fenêtres et une porte au première étage.

Sur la façade est: deux fenêtres au premiere étage et deux au deuxieme.

Sur la façade nord: deux fenêtres et une porte au première étage.

La fenêtre trouvée dessous du révétement sur la farzade nord près du coin nord-est semble être originale. Elle nous fourni totes les informations sur la construction des fenêtres originales.

Autour de la fenêtre on voit les traces de l’encadrement originale.

Les planches cornières (deux couches) sont attachées sur les coins du bâtiment. La r

Dessous de la première on trouve des traces une planche cornière originale enlevée.

Le plancher dans le moitié est c’est le plancher original. Les planches, très lisses et usées sont coupées a la main et atachées par de clous en bois. Le clous sont insérés dans des ouvertures faites par une tarière en cuillère. Cette méthode est assez primitive et ne corespond pas avec d’autres composents du bâtiment. Elle semble être plus ancienne, mais c’est plutôt difficile a assumer que le plancher était ansemblé plus tôt que la reste de la maison.

Dans le moitié ouest le plancher originale est enlèvé et remplacé par des planches coupées en scie méchanique. Sur les planches il y avait deux planchers en bois franc.

Dessous du poteau de la balustrade d’éscaliers il y a une autre couche du bois qui peut signifier un autre plancher.

Au deuxième étage dessous du plancher récent ( vinyl et bois franc) on trouve le plancher original très lisse et usé. Il est fait de larges planches coupées a la main et attachés avec des clous forgés.

Les divisions sur le 1-er etage

La division entre la partie est et ouest est probablement la seule division originalle. Elle est faite de planches verticales 1. ¼ " épaises, attachées au plancher par des clous coupés et forgés.

Sur le plancher originale on trouve des traces des inetrventions executées a la partie ouest qui s’arretent devant la division. Cette division dans la partie a côte de la porte d’entrée était deplacée duex ou trois fois en conséquence des transformations.

Les divisions dans le moitié ouest, construites sur le plancher pas original sont pas originales.

Les divisions sur le 2-ème étage étaient construites sur le plancher pas originale. Les traces d’usage sur le plancher originale sont pas consistantes assez pour indiquer la place des divisions.C’est plutot possible que il n’y avait pas.

La maçonne était construite au milieu du mur ouest a l’interior de la maison.

La distance entre deux premières poutres de côte ouest du premiere et deuxieme plancher est plus grande que ailleur a la maison.Elle indiquent les dimensions approximatives de la maçonne et surtout prouvent sa presence dans la structure originale.

Les planches de la tôiture sont decoupées en conséquence pour la cheminée.

La sole (poutre du contour du prmiere plancher) est oniginalemerit decoupée au milieu de la façade ouest sur une distance coréspondante avec la largeur de la maçonne

Les planches extérieures sur la façade indiquent que il’y avait une ouverture de la même largeur et de 3' d’hauteur.

Cette ouverture était faite dans la structure originale probablement pour la construction d’un four a pain.

Ce type de la maçonne avec un four a pain annéxé au dos de la maçonne, a l’extérieur de la maison était commun dans les maisons acadiennes de Menoudie en Nouvelle-Ecosse.

L’éscalier menant a la cave n’est pas original.

Le deux.poutres du premiere plancher a côte d’éscalier semblent d’être instalées plus tard que les autres. Leur finition et dimensions sont différentes. L’emplacement n’est pas coordoné avec la structure du premiere plancher.

Une trappe de la cave était probablement instalée dans la partie nord-ouest. Deux planches /supporte de la trappe/ attachées aux poutres, indiquent la place de l’installation de la trappe.

L’escalier menant au deuxierne étage n’est pas sur sa place originale non plus.

Les poutres originales au milieu de deuxieme étage sont decoupées et déplacées pour former l’ouverture d’escalier. Les poutres du deuxieme plancher dans le coin sud-ouest de la maison forment une ouverture pour l’emplacement originale d’escalier.

Des blocs de pierre sont instalés dans les endroits ou les conduits de fumée traversent un mur ou un plancher.Ils étaient placés dans divisions pas originales et servaient a prevenir le rechauffement des pièces de bois.

La finition intérieure était placée après la construction de la maison.

Originalement les murs intérieurs étaient sans la finition. La couleur brune foncée sûr le plupart des planches de murs et de plafonds prouve que ils étaient pas couvertes assez long temps.

Seules les murs et le plafond a la partie ouest au premiere etage étaient chaudés, qui prouve aussi que cette partie était divisée de la maison.

La finition de la pièce dans la section sud-est du premiere étage n’est pas originale; les murs au dessous sont bruns ( ils étaient exposés longtemps).

La finition n’est pas affectée par des transformations éffectuées dans la maison.

Elle était fait a la même temps que la division intérieure était modiffiee et une fenêtre bouchée en conséquence. Les clous coupes utilisés pour cette modification indiquent qu’elle était fait après 1840. La serrure est attachée sur la porte (pas dedans par des vises a bout pointu (brevetée en 1846)

La finition constitue de planches verticales (l. ¼ " épaises sur le mur intérieur et 1"  épaisess sur les murs extérieurs, 12 " larges ) et des larges moulures.

Dans un coin il y a un meuble incorporé dans le mur.

Les planches de la finition sont presque toutes attachées par des clous forgés. (premiere quart du XIX siecle). Dans le meuble par contre on trouve des vises a bout pointu, clous forges et coupes.

La pièce et la finition semblent être construites a la deuxième moitie de XIX siecle

Le clous forgés (trôp anciens pour la époque) étaient utilisés probablement parce que le propriétaire avait déjà des vieux clous et voulait les utiliser. Ce q’est intéresant quand même c’est leur présence dans presque toutes les planches murales.

Le curetage a permis d’identifier l’originalite de plupart de composants principaux du bâtiment ainsi que identifier queles sont les éléments ajoutés.

A cause de la condition et des transformations du bâtiment, ainsi que l’histoire autour de la maison il’y aurait toujours des détails perdus, des informations manquantes et des questions sans reponses.